5 Précautions à prendre pour éviter la contagion au sein d’une crèche

crèche

Rhume, varicelle, otite… Autant de pathologies qui sont de nature virale et peuvent être de véritables sources de contagion au sein d’une crèche. Il est ainsi primordial de freiner à tout prix la chaîne de transmission des virus. Une opération qui implique des protocoles d’hygiène pour le moins strictes. Voici 5 précautions à prendre pour ne pas transformer ce lieu d’accueil en cluster.

  1. Bien se laver les mains

Au sein d’une crèche d’entreprise, il vaut mieux mettre l’accent sur les mesures d’hygiène. Une recommandation qui prend tout son sens, dès lors que plus de 3 enfants sont sujets à des infections particulières. Tout le monde doit par exemple bien se laver les mains, surtout à la sortie des toilettes et avant les repas.

En effet, selon le docteur Patricia Cornuau, spécialiste des maladies infantiles, la transmission de certains virus se fait par « contact direct des mains ». Elle pointe notamment du doigt ceux responsables d’infections comme les bronchiolites. Bien entendu, le renforcement des mesures d’hygiène passe aussi par la désinfection systématique des jouets et autres objets touchés par les enfants malades.

  1. Renforcer l’hygiène des lieux

Pour briser les chaînes de contagion au sein d’une crèche, le renforcement de l’hygiène des locaux est aussi de mise. Bon nombre de virus sont effectivement à même de rester actifs sur plusieurs jours, sur des surfaces inertes. On peut citer le rotavirus, responsable de la gastro-entérite. Celui-ci peut persister jusqu’à 60 jours sur les meubles.

De même, toute structure d’accueil collectif des tout-petits doit favoriser l’aération des locaux. L’idée est de renouveler l’air de manière perpétuelle : rien de tel pour éviter tout risque d’accumulation de virus.

  1. Les gestes barrières avant tout

Lorsqu’il y a une épidémie, les professionnels de la petite enfance sont tenus de respecter les gestes barrières. Ils doivent, par exemple, porter un masque chirurgical. Pour manipuler des objets touchés ou utilisés par des enfants malades, il faut aussi utiliser des gants jetables. Mieux vaut aussi privilégier les mouchoirs en papier à usage unique, plutôt que des serviettes en tissu, plus susceptibles de retenir des bactéries. Important : les bacs à sable sont à proscrire dans une crèche. Les spécialistes les taxent d’ailleurs de véritables nidsà microbes. Une caractéristique qui se confirme, même si ce type de dispositif est installé en plein air.

  1. Des mesures spécifiques face à certaines pathologies

Un certain nombre de pathologies implique des mesures spécifiques, en plus des gestes barrières et de l’hygiène des locaux. Si quelques enfants souffrent par exemple de diarrhée, la désinfection systématique de l’aire de change s’impose. De même, en cas de rhume ou autres affections des voies respiratoires, le mieux est de moucher les enfants avec des mouchoirs à jeter. Pour leur nettoyer le nez, l’utilisation de sérum physiologique est aussi vivement recommandée. A noter que ce liquide médical est également le mieux adapté pour nettoyer les yeux, la bouche et les oreilles des enfants.

  1. Éviction des enfants malades, admission restreinte, fermeture temporaire…

Dans le cas d’un risque élevé de contagion au sein d’une crèche, des mesures exceptionnelles sont envisageables. Parmi elles, on peut citer l’éviction des enfants sujets à certaines pathologies graves (gastro-entérite à E-coli, tuberculose, scarlatine…).

Certaines structures misent aussi sur l’admission restreinte. Il s’agit par exemple, au début de l’hiver (novembre et décembre), de ne pas accepter les bébés de moins de 6 mois. Des sujets qui sont souvent en proie à la bronchiolite, à cette période de l’année. Ils risquent ainsi de contaminer d’autres enfants dans la crèche.

Enfin, la fermeture temporaire de la crèche fait aussi partie des mesures exceptionnelles à envisager. Elle permet effectivement la désinfection en profondeur de la structure. Reste à adopter un mode de garde qui lui permet de maintenir ses activités durant ce laps de temps.

 

En conclusion, il est tout à fait possible d’éviter la contagion au sein d’une crèche. L’implication totale du personnel dans les mesures à prendre sera primordiale. De leur côté, les parents peuvent aussi faire preuve de responsabilité, en évitant de déposer un enfant malade en crèche.